Progression des compétitions pour les agences média

Plus de compétitions avec moins de délai et plus de risque. C’est ce qui résume la 3e édition du Baromètre des compétitions de l’Association des agences-conseils en communication (AACC) réalisée par BVA Limelight. Entre 2008 et 2016 le nombre des compétitions auxquelles ont participé les agences a cru de +20% en 8 ans et le délai de réponse a été divisé par 2 d’après l’étude.
Pour deux tiers des compétitions, le budget disponible est communiqué à l’agence et le nombre d’agences consultées est conforme aux recommandations de La belle compétition, soit quatre agences maximum dont la sortante. Ce sont les résultats que l’AACC qualifie d’encourageants.
Parmi les points qui n’évoluent pas : le temps homme investi par l’agence sur une compétition est toujours 2 fois supérieur à la perception de l’annonceur ; les frais extérieurs dépensés par l’agence sont en moyenne 5 fois moins élevés selon les annonceurs ; les agences non retenues ne sont indemnisées que dans 3 cas sur 10 (à hauteur de 6 000€ en moyenne).
Au vu des précédentes éditions parues en 2008 et 2010, l’AACC note aussi que, depuis 2008, le budget moyen des compétitions n’a pas cessé de diminuer (en moyenne -18% en 2010 vs 2008 et une nouvelle baisse de 18% en 2017 vs 2010). Si l’on met cette diminution en regard de l’augmentation du nombre des compétitions, il apparaît qu’il y a de plus en plus de compétitions sur des petits budgets.
On peut souligner également que 65% des compétitions sont multi-métiers (3 métiers en moyenne). A noter également que la réputation est le premier critère de sélection des agences.
Réalisée par BVA Limelight pour l’AACC, cette étude a été réalisée entre novembre 2016 et février 2017 auprès de 104 annonceurs et 101 professionnels d’agences.

Source : Offre media

Vous devriez apprécier