Les Français sont encore inquiets face à l’avenir

Strategir s’associe avec Bilendi, son partenaire panel, pour suivre, via le baromètre mensuel Horizon Conso, les comportements de consommation et d’achat. Et ce qui ressort, c’est que ces derniers vont durablement changer au profit du drive et du sans contact.

Pendant le confinement, les consommateurs ont plutôt continué à acheter leurs marques habituelles lorsque c’était possible. Pourtant plus d’1 Français sur deux a testé de nouvelles marques, avec des écarts toutefois notables selon les catégories. Ces nouvelles marques ont surtout été testées sous la contrainte : 54% pour cause de rupture de stock, 42% pour cause d’un nouveau circuit ne vendant pas la marque habituelle. 60% des acheteurs de ces nouvelles marques envisagent de continuer à acheter ces marques après la crise.

Pendant le confinement, Internet, le Drive et le sans contact ont su répondre aux inquiétudes sanitaires des Français. La période du confinement a généré des comportements d’achats atypiques avec des régressions marquées de fréquentations en hypers et supermarchés (passés de 93% à 77% de fréquentation pour l’alimentaire) et dans les commerces locaux (passés de 55% à 48% de fréquentation dans l’alimentaire). Tandis que le drive a accéléré sa croissance sur cette période (passage de 13% à 19% de fréquentation). Ce sont les consommateurs les plus inquiets pour leur santé qui ont le plus utilisé Internet. Presque 1 Français sur 2 (48%) paye de plus en plus ses achats en magasin sans contact lorsque c’est possible. Les projections après la crise confirment que certains nouveaux comportements pourraient bien perdurer : les intentions de fréquentation des hypers et supers baissent de 6% par rapport à l’avant-crise du COVID-19. Tandis que le drive pourrait connaître un léger essoufflement par rapport au moment du confinement, mais connaitrait au final une hausse de fréquentation de 23% par rapport à avant. Enfin les commerces locaux pourraient à terme gagner également 9% de clients.

Face à l’incertitude, 2 types de réactions très différentes émergent avec d’une part la petite majorité (53%) des Français qui a hâte de pouvoir retourner faire ses courses comme avant et d’autre part, une proportion significative des Français dont une prise de conscience diffuse des intentions de revoir en profondeur leur manière de consommer. 44% des consommateurs ont pris conscience qu’ils consommaient des choses qui ne leur étaient pas indispensables et 45% pensent que la crise modifiera durablement leurs habitudes d’achats. 58% des Français sont encore plus convaincus de l’importance de respecter l’environnement dans leurs achats. 45% entendent favoriser demain les produits plus naturels et bios. Enfin 58% des Français attendent des produits fabriqués en France.

Mais en parallèle 44% des Français considèrent qu’ils vont devoir changer leurs habitudes d’achats pour moins dépenser. Aussi, 30% des Français déclarent avoir vu leur revenu baisser depuis le début de la crise. Enfin, la dimension sanitaire crée des comportements paradoxaux vis-à-vis des emballages : tandis que 44% des Français veulent favoriser les produits en vrac ou avec peu d’emballage (ce qui allait dans le sens de la disparition progressive entamée par les industriels), avec la crise, 30% de Français veulent au contraire des produits emballés et protégés des contacts.

Source : emarketing

Vous devriez apprécier