Les Français mangent moins de viande

La consommation de viande a reculé de 12% en 10 ans en France

Résultat de recherche d'images pour "manger viande"La baisse atteint même 19% auprès de cadres. Plusieurs facteurs expliquent cette baisse, dont l’évolution des modes de vie et le prix de la viande.

Les «viandards» se font de plus en plus rares en France. De fait, la consommation de viande, notamment bovine, a baissé de 12% en l’espace de dix ans, d’après une étude du Credoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie). En 2016, les adultes consommaient en moyenne 135 grammes de produits carnés par jour contre 153 g en 2007.

La baisse est plus marquée chez les cadres que chez les ouvriers, alors que la viande a longtemps été symbole de prospérité, notamment en France, durant les Trente glorieuses (1945-1973).

Chez les cadres et professions libérales, la consommation de viande a chuté de 19 %. «Celle des ouvriers, grands consommateurs depuis plusieurs décennies, est également significative: -15% en dix ans», précisent les auteurs de l’étude. «Dans les années 90, la baisse avait surtout concerné les cadres et professions libérales (-40 %)», ajoute l’observatoire qui mène chaque année une enquête intitulée «Comportements et consommations alimentaires des Français».

Comment expliquer cette tendance? L’évolution des modes de vie, les inquiétudes pour la santé, la sensibilisation à l’impact sur l’environnement, la question du bien-être animal et la hausse du prix de vente seraient autant de facteurs pouvant expliquer la baisse de consommation des produits carnés en France».

Des arguments qui convainquent les Français, tous âges confondus de réduire leur consommation de «produits carnés», c’est-à-dire des viandes bovine et ovine, la volaille, le gibier ou encore la charcuterie, qu’ils soient bruts, cuisinés ou présents dans un plat transformé, comme les pizzas.

Sans nécessairement devenir végétariens, les Français sont de plus en plus nombreux à être «flexitariens», c’est-à-dire qu’ils mangent globalement moins de viande. Ils seraient de 25 % à 30 % de la population française, alors que seulement 3% à 5% sont végétariens.

Des questions de santé

Résultat de recherche d'images pour "manger viande"Les raisons de ces évolutions sont nombreuses. Ces choix sont guidés par des questions de santé, après les nombreux scandales alimentaires, celui de la vache folle, des lasagnes de cheval ou plus récemment du fipronil, ou après la mise en garde de l’OMS en octobre 2015 sur les effets cancérigènes d’une consommation excessive de viande.

Le bien-être animal est également davantage pris en compte par les consommateurs, notamment après les vidéos chocs de l’association L214. Les questions environnementales influencent également ce choix des Français tout comme une meilleure appréciation collective à l’égard de ceux qui décident de moins manger de viande.

La multiplication des facilités pour remplacer la viande par d’autres aliments contribue également à détourner les Français de la viande. Dans les écoles par exemple, de plus en plus de cantines proposent des repas végétariens.

La hausse des prix de la viande contribue également à en restreindre sa consommation, avec une élévation du prix moyen de 21% en 10 ans, selon une étude de France Agrimer.

La viande de qualité privilégiée

Cette baisse de la consommation de viande s’accompagne d’un changement de mode de consommation de la viande d’une génération à l’autre. Les jeunes (18-24 ans) consomment davantage de produits carnés transformés sous forme de plats préparés, sandwichs, pizzas, burgers,… alors que les 55-64 ans restent les plus grands consommateurs de viande de boucherie.

Contre toute attente, cette baisse de la consommation de viande ne porte pas nécessairement préjudice aux éleveurs. De fait, les Français consomment moins de viande mais privilégient la viande de qualité. Ainsi, un rapport du think tank Terra Nova préconise d’aller plus loin et de diviser par deux notre consommation de
viande afin de préserver notre santé, la planète, mais aussi, plus surprenant, la filière agricole.

Source : Le Figaro

Vous devriez apprécier