Le marché publicitaire mondial reprend des couleurs sur 2016 selon ZenithOptimedia

ZenithOptimedia vient de publier la 1ère livraison de l’année 2016 de ses Adspend Forecasts.

A retenir côté monde :

Le marché publicitaire mondial devrait croître de 4,6% cette année, contre 3,9% l’année dernière. Au total, les investissements devraient représenter 579 milliards de dollars en 2016 et dépasseront les 600 milliards en 2017, pour atteindre 603 milliards de dollars.

L’économie mondial fait aujourd’hui face à plusieurs défis tels que le ralentissement de l’activité en Chine et la récession au Brésil et en Russie, le désastre humanitaire en Syrie ainsi que l’incertitude quant au futur de l’Union Européenne à l’heure où la Grèce demeure fragile et le Royaume-Uni brandit la menace d’un Brexit.

Néanmoins, la confiance des annonceurs n’a été que peu touchée et nous n’avons pas eu à revoir fondamentalement nos prévisions de croissance depuis décembre dernier (où nous avions prévu +4,7% pour cette année). Nous identifions trois grandes raisons de demeurer optimistes quant à l’évolution des dépenses publicitaires globales : la tenue de grands événements cette année, le rétablissement rapide des marchés ayant été les plus affectés par la crise de l’Eurozone, et enfin l’émergence de nouveaux marchés à forte croissance qui commencent juste à s’ouvrir à la publicité internationale.

 

A retenir côté France :

Même si la reprise économique reste fragile, les perspectives économiques sont un peu plus favorables, ce qui nous conforte dans une légère hausse  des investissements pour les 3 prochaines années. 

L’année 2015 est meilleure que prévue avec un atterrissage à +0.5% d’après les résultats Irep et SRI.

Nous avons revu à la hausse nos prévisions pour 2016 (+0.9% vs +0.6%), 2017 (+0.4% vs +0.2%) et 2018 (+1% vs +0.8%).

Nous pensons en effet que 2016 devrait profiter d’un effet Euro 2016 en France, en plus des effets de la croissance économique. 2017 sera plus difficile du fait d’un effet généralement négatif des élections présidentielles. Enfin, 2018 devrait profiter d’un effet de base vs 2017, des grands événements sportifs (Coupe du Monde de foot et J.O.) et probablement d’un début de reprise de valeur lié à la montée du programmatique.

Vous devriez apprécier