Baromètre 2015 du paiement en ligne

Converteo et be2bill viennent de lancer un nouveau baromètre qui présente un état des lieux des moyens de paiement online. Parmi les chiffres intéressants à retenir de cette étude : 16 à 30% des internautes sur la page de paiement ne finalisent pas leur achat et près de 8 sites e-commerce sur 10 réalisent moins de 100 transactions par mois…

Converteo vient de publier en partenariat avec Be2bill le premier « Baromètre du paiement en ligne ». L’objectif de cette étude est d’identifier l’ensemble des tendances du marché, de proposer un aperçu des méthodes de paiement en ligne les plus utilisées et d’en dégager des best practices par secteur d’activité.
L’enquête a été réalisée à partir d’un échantillon de 174 sites e-commerces à la taille et au volume d’affaires variables qui sont représentatifs des cinq secteurs étudiés : Loisirs/Culture/High Tech, Tourisme/Voyage, Mode/Habillement, Maison/Décoration et Services.

 

Parmi les chiffres-clés à retenir:

  • 79% des sites marchands comptent moins de 100 transactions par mois
  • Le panier moyen chute depuis quatre ans : de 95 euros en moyenne en 2010, il est passé à 82 euros en 2013.
  • 16 à 30% des internautes sur la page de paiement ne finalisent pas leur achat.

Quatre enseignements principaux ressortent de cette étude 2015 :

1/ Les sites e-commerce étudiés proposent en moyenne 2,9 moyens de paiement. De fortes disparités s’imposent entre les secteurs, tant dans le nombre de moyens de paiement proposés (2,4 pour les sites Tourisme/Voyage, 3,3 pour les Loisirs/Culture/High Tech) qu’au niveau de la nature des moyens de paiement (par exemple, le secteur Tourisme/Voyage est bien plus mature sur la proposition de paiement via American Express)

2/ La fréquence du recours aux facilités de paiement est très hétérogène selon les secteurs. En moyenne le fractionnement du paiement en plusieurs versements est proposé sur 1 site sur 5 dans notre échantillon, tandis que le crédit à la consommation n’est présent que sur 16% des sites marchands. Mais certains secteurs restent très frileux vis-à-vis de ces pratiques, comme le secteur Services où le crédit à la consommation est totalement absent.

3/ Dans un cas sur deux, l’ergonomie et la cinématique de paiement sont harmonisées avec l’identité graphique du e-commerçant. Le processus de paiement est en général beaucoup plus normalisé que le reste du site marchand, la personnalisation est donc un élément clef pour maintenir la cohérence avec l’identité graphique du e-commerçant. Les choix de structuration de la phase de paiement varient beaucoup selon les secteurs : le one-page checkout est par exemple très répandu dans le secteur Tourisme/Voyage, tandis qu’il est quasi-inexistant dans le secteur Loisirs/Culture/High Tech.

4/ Les technologies encadrant la sécurité du paiement ont des niveaux de maturité bien différents : certains procédés comme la CVV (Card Verification Value, soit l’utilisation du cryptogramme au dos d’une carte bancaire) sont quasi-universels, tandis que des procédés plus complexes comme le 3D-Secure ne sont mis en avant que par 13% des sites étudiés.

En somme, le choix d’un dispositif de paiement en ligne est une décision stratégique centrale pour l’entreprise. L’élaboration du dispositif nécessite un dialogue entre le e-commerçant qui a des besoins spécifiques, l’éditeur de la solution qui dispose de leviers techniques pour optimiser le dispositif, et bien sûr le client qui a des attentes bien spécifiques selon son profil.

L’étude en détail:

Source : comarketing news

Vous devriez apprécier